Musiques originales, sound design, codes sonores.

Pour tous types de supports de diffusion : Télé, Cinéma, Radio, Internet, Théâtre, Téléphonie, Hors média…

 

Album Nostalgia de Derek Martin

 

 

Derek Martin (photographe : Jean-Marie Périer)

En 2012 Derek donne de la voix sur Happy des DJ français de C2C, un gospel électro funk et diabolique aux 20 millions de vues.  L’ironie veut que le gospel, Derek Martin ne l’apprécie pas plus que ça ! Dans le Detroit des années 1940 et 1950, décorum de son enfance, le jeune Derek est le septième d’une fratrie de treize enfants élevée au blues et à « l’old time melody » que les parents jouent régulièrement sur le piano familial. Le gospel, c’est pour l’église !

Le garçon a ses démons qui l’entraînent sur les voies de la petite délinquance. L’histoire gardera « bad boy » pour ne pas trop en dire et Derek Martin de trouver une échappatoire à la Moore School pour garçons où rôde déjà un certain Little Willie John qui marquera l’histoire du rhythm’n’blues pour être le créateur du mythique Fever.

L’histoire de Derek Martin est imprégnée de mythologie américaine et jalonnée d’icônes de la musique noire. De cette époque fascinante et foisonnante associée à Detroit et la Motown de Berry Gordy, Derek Martin est une éminence grise. Du milieu des années 1950 à la fin des années 1970, sa voix chaude a raconté une partie de l’histoire de la soul du rhythm’n’blues.

Real Humdinger, son tout premier morceau enregistré, le propulsa dans un conte où il ne vécut pas forcément toujours heureux. Sa carrière a d’abord connu les affres des groupes aux productions à la chaîne, puis un second chapitre professionnel en solo moins « industriel », plus lucide aussi. De la belle légende de ces années, Derek ne conserve que le meilleur, comme ses collaborations avec Ray Charles, James Brown, Diana Ross, Marvin Gaye, Ike et Tina Turner, les Temptations et tant d’autres.

Dans les années 1970, Derek est devenu lui-même un mythe, une légende dont on disait qu’il était au Canada, au Maroc ou en France. On le disait bouddhiste et sans domicile. Lui continuait simplement de chanter car l’essentiel était intact, à savoir sa conviction d’avoir fait la seule chose pour laquelle il se savait doué.

En 2013, Derek, à l’initiative de son amie journaliste Karine Dessale, rencontre à Paris ou il vit désormais le compositeur français Bertrand Bichaud. Tous les trois conçoivent un concept-album, 12 titres qui reviennent sur les évènements les plus marquants de sa vie « Nostalgia ». Un album enregistré mais jamais sorti. Parmi les titres « Again and again », une chanson éminemment d’actualité aujourd’hui que Derek a souhaité dédier à George Floyd.

« Again and again » is a Tribute song to George Floyd and to all black souls who died from racism in the USA.

I’ve recorded this song in Paris…

I’m talking about one of my brothers, beaten to death with a whip, his name was Toby.

His story is George Floyd’s, but also Christian Cooper, Ahmad Arbery, Tamir Rice, Michael Brown, Keith Lamont Scott, for the last ones…

I’m 81 years old, born in Detroit.

I know segregation I’ve marched with Martin Luther King.

I was behind James Brown on stage and said it loud: « I’m black and I’m proud ! »

I’ve cried 24 hours when Barack Obama was elected…

cause it was so hard to believe…

Black President in the White House… !

I’m devastated today…

Today like before…

Again and again…

When it’s gonna stop ? But you know, I believe in young generation to stop victimisation once for all, and stand up for its own future ! I have hope ! Youth can make it happen, with their own ressources and what they deeply are, beautiful and powerful.

Life is a gift.

God made us all the same.

Never stop believing and praying.

God bless you all !

Derek Martin

 

COMES SOME TROUBLE

 

I SAW THEM GROW

 

MAMMA

 

MEMORIES

 

ON MY KNEES

 

REMEMBER

 

SAY IT LOUD

 

YOUNG BLOOD

 

Presse :

« L’album de Derek Martin “Nostalgia” est comme un témoignage presque crépusculaire. C’est beau, c’est profond. C’est souvent émouvant : cette voix un peu fêlée et pourtant d’une vivante souplesse. Un album peu commun, mais finalement facile d’accès, si on se laisse envelopper par la musique, les mots.(…) C’est un album qui mérite d’être écouté« . François Piton, programmateur musical à la Radio Télévision Suisse “La 1ère”.

« Quincy Jones et Derek Martin prennent la parole. Le chanteur américain de soul Derek Martin, né en 1938 dans le ghetto de Détroit (Michigan) berceau de la Motown, et qui a donc vécu la ségrégation, a rendu un hommage bouleversant à George Floyd, le 1er juin sur sa chaîne YouTube avec de son titre Again and again« . Nathalie Lacube “La Croix”, le 2 juin 2020.

« De Martin Luther King à Georges Floyd. Il faut voir et écouter ce document si émouvant Again and again. Derek Martin a travaillé avec Ray Charles et Marvin Gaye. Musicien de 81 ans, originaire de Détroit, il vient de rendre hommage à George Floyd avec le compositeur Bertrand Bichaud »Laurence Haïm. twitter, le 1er juin 2020.

Interview dans LCV Magazine.

 

 

Arte - Documentaire « Les Gurkhas » (Scherkhan prod) sur ARTE

Autrement

Déception

La course

Ailleurs

Fête

Sommet

Canal+ - Documentaire « Net for president » (agence Capa) sur Canal+

Ok Romilly

Lee texas

Désert poivre

MCM - Documentaire « 20 ans de jeux vidéos » (Bouyaka prod)

Street facteur

Lara Kraft

Game ouvert

Cake invaders

Ni ton dos

Canal+ - Générique rubrique « Dans la toile » émission « Pop Com » CANAL+

 

I’m in rungis street

Canal+ - Reportage «Emission L’effet papillon » CANAL+

 

Mayumba

Lie fire

Actu allitée

H2803N1970 2

L’effet Libellule

TF1 - Programme court « En mode Ibiza » (Adven Studio) sur TF1

Me gusta cantar

 

CinéCinéma - Court-métrage « Les deux soleils » de Emmanuelle Marest sur CinéCinéma

Fin du chemin

France2 - Court-métrage « Une douce sensation d’immortalité » de Patrick Viona

Pourquoi pas

 

France Musique - Générique «L’histoire de Jack Rose » sur France Musique

 

Générique début

Générique fin

Publicité

 

 

 

GOURMETS&CO - Habillage www.gourmetsandco.com

 

Musique « Mégardes partagées » de Rodolphe Le Corre. Mise en scène de Claire Conty

Sound design « La nostalgie de Dieu » de Marc Dubuisson. Mise en scène de Laetitia Grimaldi

Musique « Le monte-plats » de Pinter. Mise en scène de Michel Bajac

Musique « Rencontres » d’Igmar Bergman. Mise en scène de Jean Bourdet

 

Musique (extrait) pour le protocole de massage aux soins Aïny

 

 

 

LJC CONSEILS

 

RadioStore Production

CONCEPTION – CREATION – PRODUCTION SONORE

191 rue d’Alésia 75014 Paris

radiostoreproduction@gmail.com